1. Habitat et urbanisme

Voici la stratégie adoptée par Grand Belfort Communauté d’Agglomération sur la thématique “Habitat et urbanisme” dans le cadre de son Plan Climat :
PCAET_GrandBelfort_Stratégie_Habitat-Urbanisme.pdf (131,1 Ko)

N’hésitez pas à faire des remarques et à partager toutes les idées d’actions concrètes que vous pourriez avoir dans les sujets thématiques correspondants. Ces idées constitueront la base de réflexion pour la construction du plan d’actions du territoire !

Aider les propriétaires privés à faire de la rénovation énergétique c’est bien, mais il faudrait aussi améliorer l’efficacité énergétique des logements sociaux pour des raisons écologiques et pour lutter contre la précarité énergétique des familles.

1 « J'aime »

Pour pouvoir respecter l’objectif de neutralité carbone en 2050, il convient d’agir dès maintenant, c’est pourquoi il faudrait multiplier les artères vertes (avenue Jean Jaurès, Fbg de Montbéliard…) afin de limiter les effets des canicules et lutter contre les îlots de chaleur. Avant chaque projet immobilier, il faudrait regarder si on peut créer un îlot de fraicheur et désimperméabiliser les sols plutôt que de construire des bâtiments.

La stratégie proposée repose sur la réglementation thermique RE2020 et la rénovation des passoires énergétiques (étiquettes F et G càd 10x plus consommateurs que l’étiquette A). En quoi cette stratégie territoriale vient elle compléter la stratégie nationale ?
On pourrait attendre d’autres proposition :

  • rapport à l’énergie, pour alternative au gaz de ville la mise en place de réseau de chaleur urbain (bois énergie ou géothermie ou méthanisation des sous-produits agricoles et forestiers, couplé à la densification du réseau cyclable pour faciliter le déploiement d’un nouveau réseau d’énergie)
  • sobriété : comme l’évoque mysticman, anticiper les surchauffes en ville donc dans les logements par le déploiement d’artères vertes et la désimperméabilisation des sols (et la réduction du trafic routier) serait un acte réel pour la sobriété énergétique contre le déploiement de la climatisation.
  • sobriété : la section “enjeux” évoque 4650 logement vacants, dont la rénovation et remise sur le marché de l’achat/location devrait être prioritaire à la construction de neuf, même éco-quartier.
  • nouvelles construction : la réglementation thermique est une voiture balais, on sait aujourd’hui construire des bâtiment passifs en matériaux écologiques (bois, paille, biosourcés …) et pour des logements sociaux (voir l’exemple de St Dié les Vosges). Manquent des compétences spécifiques (pas de représentation du RFCP sur le territoire élargit autour de Belfort par exemple), des “incentives” à aller plus loin que la RE2020, et de sensibilisation auprès de la commande privée.
  • rénovation : la force de la RE2020 est d’intégrer à la réglementation l’analyse de cycle de vie et l’énergie grise liée à l’acte de construire. Ce volet n’existe pas en rénovation. Il est cependant primordial lors d’une rénovation visant à améliorer la performance d’un bâti de ne pas émettre instantanément les émissions que l’on cherche à limiter sur le temps long… Le déploiement de matériaux peu émissifs à la production (biosourcés et géosourcés) doit être accompagné d’incitations complémentaires pour les ménages et d’une aide à la structuration de ces filières par les professionnels actuels (formation et sensibilisation des artisans, accompagnement des distributeurs de matériaux …). Cette structuration peut être stimulée par la commande publique.
1 « J'aime »