Développement d’éco-hameaux, éco-quartiers et habitats participatifs sur le territoire

Un mode de vie en habitat partagé a un impact significatif sur les émissions de carbone. En 2016, l’association Colibris et le cabinet Carbone 4 ont réalisé une étude sur l’empreinte carbone d’un habitant d’oasis. Le résultat est probant : un habitant d’oasis émet deux fois moins de gaz à effet de serre qu’un Français moyen.

Qu’est ce qu’une oasis ? Un lieu de vie et d’activité écologique et collectif. Le mode de vie y est sobre et solidaire dans le respect de l’environnement et du vivant.

Les axes de réduction de l’impact carbone sont multiples :

  • Eco-constructions : utilisation de matériaux peu émissifs, utilisation de matériaux locaux, réduction de la consommation énergétique

  • Alimentation : souvent végétalisée, autoproduction sans engrais minéraux ni fertilisant, consommation de produits locaux

  • Transports : mobilité réduite, mobilité douce, covoiturage…

  • Consommation : économie circulaire, usage limité de produits d’entretien, mutualisation du gros éléctroménager, mutualisation des véhicules…

  • Services publiques : médecine douce et prévention privilégiés avec réduction de l’usage des structures de soin, réduction des déchets…

Les écohameaux, habitats participatifs, éco-quartiers se développent de plus en plus ces dernières années puisque leurs principes fondamentaux (agroécologie/autonomie alimentaire ; éco-construction/sobriété énergétique ; mutualisation/équilibre collectif-individuel ; gouvernance respectueuse de chacun ; ouverture sur le monde) répondent aux enjeux sociétaux et environnementaux.

Les collectivités ont un rôle à jouer dans le développement de tels projets. Ils peuvent en être à l’initiative, être facilitateurs ou soutenir des projets portés par des particuliers. Comme cela a été le cas par exemple à Ungersheim où la municipalité à facilité la mise en œuvre d’un éco-hameau.

Notre territoire pourrait donc lui aussi impulser une dynamique de développement de ce genre de projets.

1 « J'aime »