La réserve en eau et l'évacuation des eaux pluviales

Habitante de Belfort depuis 1 an dans un pavillon de la cité Alstom, les eaux pluviales de mon toit sont évacuées avec les eaux usagées par manque d’infrastructure de séparation.
Cette méthode de récupération est à l’encontre de la directive cadre sur l’eau de l’UE d’une part, d’autre part durant les sécheresses l’eau de pluie pourrait servir à arroser mon petit potager et lors des fortes précipitations minimiserait la surcharge les stations d’épuration.
J’aimerais donc que l’on propose aux Belfortains dans cette situation, comme pour ce qui existe déjà pour les composts (initiative dont je bénéficie et trouve excellente), une aide financière et une livraison et/ou aide à l’installation de réservoir d’eau relié aux gouttières.
De plus, étant dans un site “remarquable” au titre du PLU, il serait plus judicieux que la commune passe un marché pour uniformiser ces bacs pour des questions d’esthétisme car actuellement certains de mes voisins récupèrent l’eau dans des bacs industriels trés laids à défaut.
Enfin des bacs adaptés en terme d’hygiène et risque sanitaire doivent être proposés, car actuellement beaucoup ont des contenants non prévu à cet effet et où les moustiques prolifèrent (entre autres).

1 « J'aime »

Bonjour,
C’est une très bonne idée.
Pour aller plus loin, la municipalité de Belfort étant en gestion de très nombreux bâtiments dans la ville, il serait envisageable/souhaitable, de pouvoir installer sur tout ces bâtiments publiques.
L’eau pourrait être réutilisée pour diverses activités (arrosage des espaces publiques si besoin, nettoyage des voiries / plutôt qu’avec de l’eau potable).
Ceci a déjà été expérimenté dans une collectivité de l’ouest de la France que j’avais contacté. En plus d’être écologique, cet investissement s’est avéré très rentable d’un point de vue économique. Il n’y a donc pas de raison de s’en priver.
Amandine

4 « J'aime »

Pour ceux qui font eux-mêmes la découpe de leur bois de chauffage ou qui sont proches d’une scierie, placer une toilette sèche au fond du jardin à proximité de son compost qu’il faut laisser maturer 3 ans.
La plus simple des toilettes sèches est la chaise percée dans un bosquet à l’écart de la vue.
Son usage est bluffant pas d’odeur, du compost facile (à condition de vivre sans médicament)

privilégier les surfaces perméables, limiter le goudronnage des cours , réenherber le plus possible son terrain , semer des prairies et planter des arbres accompagnés d’arbustes (les arbres isolés sont fragiles et faut reconstituer des lisières)